lundi 24 avril 2017

La Dépêche 23.04.2017

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/23/2561311-le-carla-bayle-exposition-les-objets-improbables-de-suzy-lelievre.html

La nouvelle exposition de Suzy Lelièvre, avec Jennifer Brial, Guillaumes B. Gilles et Raphaël Kuntz à la Galerie du Philosophe, c'est jusqu'au 10 juin, de 14 h à 18 h, tous les jours. L'entrée est gratuite, pour les visites de groupes n'hésitez pas à nous contacter.






,

Exposition : les objets improbables de Suzy Lelièvre

L'œuvre des crayons réalisée par Suzy Lelièvre./Photo DDM. Exposition jusqu'au 10 juin, tous les jours, de 14 heures à 18 heures, galerie du Philosophe, place de l'Europe.
L'œuvre des crayons réalisée par Suzy Lelièvre./Photo DDM. Exposition jusqu'au 10 juin, tous les jours, de 14 heures à 18 heures, galerie du Philosophe, place de l'Europe.

Artiste plasticienne, Suzy Lelièvre et ses invités, Jennifer Brial, Guillaume B.Gilles et Raphaël Kuntz, investissent la galerie du Philosophe avec des formes impossibles et autres objets tout autant improbables. Suzy Lelièvre est une curiosité à elle seule qui se cache derrière ses distorsions et qui prend subitement la tangente. Justement «Prendre la tangente», c'est le nom de l'exposition mise en place par l'association Rue des Arts. Bernard Roy, président de l'association, faisant allusion au titre de l'exposition lors de son discours d'inauguration, évoquait le mathématicien Alexandre Grothendieck, disparu en 2014 alors qu'il vivait en autarcie complète à Lasserre, village à 30 km du Carla-Bayle, et qui était passé de la topologie la plus complexe à l'écologie radicale : «De nombreux articles ont alors été intitulés «Prendre la tangente». Alors, par-delà la coïncidence anecdotique de ce titre, Suzy Lelièvre et Alexandre Grothendieck partagent un intérêt commun pour la topologie, cette branche ardue des mathématiques, et je voudrais citer ce mathématicien pour appréhender le travail de Suzy : «La réalité mathématique est invisible parce que nous ne possédons pas de mots pour la nommer. Mon travail est avant tout une création de langage.»

Le rapport de l'Homme à l'espace

Suzy Lelièvre et ses invités ont ainsi axé leurs travaux de manière à explorer les représentations et les projections qui conditionnent le rapport de l'Homme à l'espace, se jouant des propriétés des matériaux ou en attribuant à des objets des déformations impossibles avec leur essence, jamais très loin de l'humour. Raphaël Kuntz, quant à lui, emmène avec sa vidéo le public dans un sous-sol et l'invite à l'explorer dans tous les sens du bout du pouce.
Bernard Roy invite les curieux à venir se perdre dans cet univers un peu tordu et remercie la municipalité pour l'aide qu'elle apporte, ainsi que le conseil départemental représenté lors du vernissage par Lydia Blandinières.
La Dépêche du Midi

dimanche 16 avril 2017

La Dépêche 16.04.2017

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/16/2557325-rue-des-arts-2016-fut-une-annee-de-transition.html

,

Rue des Arts : 2016 fut une année de transition

Le bureau face aux adhérents de Rue des arts./Photo DDM.
Le bureau face aux adhérents de Rue des arts./Photo DDM.

L'association Rue des arts assoit sa renommée et consolide son fonctionnement. En 2016, année de transition, sa structure a été renforcée avec l'arrivée notamment de Nicolas Lorieux, administrateur culturel, et de nombreux nouveaux adhérents et bénévoles. Quelques départs aussi ou des mises en retrait en particulier celui de Jean-Pierre Pourtier, président pendant plusieurs années, qui a fait le choix de «s'occuper un peu de lui.» Bernard Roy, coprésident en 2016, menait ainsi l'assemblée générale devant une trentaine de membres, artistes ou non : «Il existe un besoin pressant de renforcer en 2017 le conseil d'administration par des forces vives.» Puis le président relatait l'année passée avec ses joies et ses peines : «Je voudrais maintenant exprimer notre grande tristesse après la disparition en mai dernier de Frédéric Liénard. «Frédo» prenait à cœur sa participation au conseil d'administration de Rue des arts et savait nous aiguillonner par son esprit critique. Moins d'un mois avant sa disparition, il était sorti spécialement de l'hôpital pour venir participer à un conseil d'administration. Dès que sa succession sera réglée, il faudra organiser un événement en son hommage.»
La programmation 2016 s'est située dans la continuité de la démarche initiée par Jean-Pierre Pourtier depuis 2012 avec pour le festival de cet été le thème du «Portrait en dissidence» qui a rencontré un bon écho auprès du public. À cette occasion, l'association a pu utiliser pour la première fois l'espace du Coucaril avec une fresque créée par Mathieu Fappani. «Nous remercions le Maire et les artisans qui ont travaillé d'arrache-pied jusqu'à la veille du vernissage… en espérant pouvoir continuer à utiliser ce bel espace pour les futurs festivals d'été.»
Et tournée sur 2017 dont le festival d'été approche à grands pas, l'association émet quelques actions d'améliorations dans le fonctionnement : l'aménagement de la galerie du Philosophe avec un bureau en mezzanine et la création d'un fonds documentaire, l'édition de catalogues des expositions, la refonte du site Internet et la création d'une newsletter.
Le festival se déroulera du 8 juillet au 3 septembre sur le thème «La nature à l'ouvrage».
La Dépêche du Midi

samedi 15 avril 2017

La Dépêche 13.04.2017

 Le vernissage est ce soir à 18 h à la Galerie du Philosophe !

http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/13/2555783-prendre-la-tangente-a-la-galerie-du-philosophe.html




Prendre la Tangente à la galerie du Philosophe

Expos

Du 15/04/2017 au 10/06/2017

Les Formes Impossibles - Camille Flammarion - Jennifer Brial, Guillaume B. Gilles et Suzy Lelièvre. /Photo de Laurent Ardhuin.
Les Formes Impossibles - Camille Flammarion - Jennifer Brial, Guillaume B. Gilles et Suzy Lelièvre. /Photo de Laurent Ardhuin.

Du 15 avril au 10 juin, la rue des Arts prend la Tangente du nom de l'exposition de l'artiste Susy Lelièvre et ses invités, Jennifer Brial, Raphaël Kuntz et Guillaume B. Gilles, à la galerie du Philosophe au Carla-Bayle.
Les artistes ont axé leurs travaux de manière à explorer les représentations et les projections qui conditionnent notre rapport à l'espace.
Chacun à sa manière prend la tangente des conventions de représentation, pour rendre concrets des objets dont la réalité mathématique défie le bon sens.
Se jouant des propriétés des matériaux, ou en attribuant à des objets des déformations impossibles et incompatibles avec leur essence, ils nous rappellent avec humour que les constructions mathématiques font également partie de notre monde.
La galerie du Philosophe est ouverte tous les jours de 14 heures à 18 heures.
Le vernissage de l'exposition aura lieu samedi 15 avril à 18 heures en présence des artistes qui exposent.
La Dépêche du Midi