lundi 20 mars 2017






La culture brûle les planches des «Nouvelles Ruralités»

La culture en milieu rural - Forum, hier, au centre universitaire

125 représentants des associations culturelles ariégeoises étaient au rendez-vous de ce forum./Photo CD09.
125 représentants des associations culturelles ariégeoises étaient au rendez-vous de ce forum./Photo CD09.


Les acteurs du monde culturel ariégeois avaient rendez-vous hier au centre universitaire pour un forum sur l'avenir de la culture en milieu rural. Objectif : faire émerger des propositions concrètes.
Favoriser le développement et l'enrichissement de l'offre culturelle en milieu rural, Henri Nayrou, président du conseil départemental, ne cache pas qu'il s'agit d'un enjeu très important. «Dans ce secteur, le tissu associatif est particulièrement riche et créatif, constate-t-il tout d'abord. Pour un département que l'on dépeint comme très rural, l'activité culturelle est pourtant très vivace, dans tous les domaines. Mais les initiatives qui sont prises ne sont pas suffisamment connues. Pour notre département, il y a là un défi à relever. Ce qui est en jeu, c'est l'attractivité de ce territoire et l'accueil des nouvelles populations qui sont attendues dans les années à venir».
Le conseil départemental a donc choisi d'accueillir et d'organiser le forum «culture et Nouvelles Ruralités», organisé par l'association nationale des Nouvelles Ruralités, une structure créée tout récemment, mais «qui pèse dans le débat», estime Henri Nayrou.
L'association des Nouvelles Ruralités a été fondée au départ par les présidents des conseils départementaux de l'Allier, la Nièvre, le Cher et la Creuse, afin de «promouvoir avec force le développement des territoires ruraux». A l'automne 2015, l'association a pris une envergure nationale. L'Ariège ne fait pas partie de ses adhérents, mais la chose ne paraît pas exclue, dans l'avenir.
Au centre universitaire, 125 représentants des 600 associations culturelles que compte notre département ont répondu présent à l'appel lancé par l'association nationale des Nouvelles Ruralités.
L'objectif était de faire émerger neuf propositions que l'association se propose, par la suite, de communiquer aux candidats à l'élection présidentielle, afin de faire entrer la culture en milieu rural dans ce débat, à quelques semaines à peine de l'échéance.

Repères

Le chiffre : 6 0 000 euros  pour la création. C'est la somme affectée, l'année dernière, à ce secteur par le conseil départemental de l'Ariège, qui se propose de développer cet effort dans les années qui viennent.


Les neuf propositions ariégeoises

Voici les idées qui ont émergé des échanges. Culture et jeunesse : instaurer une complémentarité entre les temps scolaires et périscolaires ; Culture et handicap : encourager les initiatives d'accessibilité aux pratiques culturelles ; Lieux de culture : favoriser l'émergence de nouveaux lieux de culture (...); Culture et citoyenneté : favoriser les démarches participatives dans la définition des actions culturelles ; Exporter la culture ariégeoise et s'ouvrir aux autres ; Construire une filière culturelle : inciter l'émergence de groupements d'employeur tout en soutenant le bénévolat ; Soutenir la communication et le rayonnement des événements culturels et le partage entre les associations ; Valoriser les initiatives culturelles sur le thème de la nature, les sciences et les initiatives spécifiques ; Favoriser l'itinérance et la mobilité des lieux de culture.
L.G

vendredi 10 mars 2017

http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/10/2533027-une-exposition-rien-que-pour-les-enfants.html

 

Une exposition rien que pour les enfants

Moment festif du vernissage, table basse pour les petits, plus haute pour les grands./Photo M.B.
Moment festif du vernissage, table basse pour les petits, plus haute pour les grands./Photo M.B.
À l'école des petits, les grands viennent prendre des leçons. L'association Rue des Arts laisse pour tout le mois de mars la galerie du Philosophe aux Cent Centimètres Carrés Scolaires, pour la troisième année consécutive.
Ainsi, les artistes adultes qui exposent sur le même thème de décembre à février ont donc «enfanté» d'au moins 250 enfants. Âgés de 3 à 10 ans, élèves des écoles du Fossat, de Saint-Ybars, Sainte-Suzanne, Villeneuve-du-Latou, du Carla-Bayle, de Saint-Martin-d'Oydes, de l'association La Récré, de Pailhès et des ALAE, ils ont produit environ 1500 œuvres en deux ou trois dimensions dans le format imposé de 10 x 10 cm.
Pendant plusieurs semaines, entre les visites des écoliers dans les galeries du village et surtout l'intervention dans les classes de Camille Gouvine en service civique, la créativité s'est finement aiguisée. À la manière de, sous influence ou libre comme l'art, la qualité et l'originalité couvrent les quatre murs.
Jean-Pierre Pourtier, président adjoint de Rue des Arts, se dit content d'ouvrir le lieu habituellement octroyé aux professionnels : «Il faut remercier les enseignants et animateurs qui ont bien voulu ouvrir le regard des enfants à l'art. Qu'on regarde de plus près et on voit l'enthousiasme des plus durs artistes, l'aspect ludique où se déploient l'humour et la fantaisie, où s'exprime par la couleur et la forme une part de soi». À l'heure du goûter, le vernissage spécialement aménagé à hauteur de pas plus haut que trois pommes ne s'affranchissait pas des discours officiels des personnalités, dont Lydia Blandinières, conseillère départementale, et bien sûr, de Jean-Luc Couret, maire du Carla-Bayle. Ce dernier saluait le travail accompli dans les écoles voisines : «On a l'habitude jusqu'à présent de mettre nos enfants au foot, au rugby, au basket, et maintenant on les met à la peinture ; je trouve que c'est une évolution positive, l'art est une chose essentielle dans la vie». Et justement cette exposition fait entrer dans ce lieu un autre public, vulgarisant ainsi le milieu artistique. Et d'ailleurs, le personnel de la galerie, Faustine et Nicolas, Marinette guide municipale, accueillait les parents et les enfants le plus simplement du monde, espérant les revoir le reste de l'année.
La Dépêche du Midi