jeudi 28 juin 2012

Inauguration du festival samedi 7 juillet!

18e festival d'Arts plastiques de la Rue des Arts au Carla-Bayle!

Les artistes invités (expositions monographiques dans 6 lieux ) :


Le photographe et ingénieur Jacques HONVAULT (déjà connu pour son exposition au Palais de la Découverte et les nombreux reportages et interviews qui lui ont été récemment consacrés sur France 2, France 3, Arte, France Inter, etc.) présentera au public un véritable travail de poésie scientifique dans lequel le réel est montré sous des facettes totalement inattendues. (Galerie du Philosophe)


Les très grands formats d’Yvon SAILLARD montreront que la peinture a encore un potentiel novateur très fort, que ce soit dans la figuration autant que dans l’abstraction, et qu’elle peut encore avoir une force évocatrice supérieure aux mots. (Le Carré d’Art)






Anne SARDA, artiste audoise déjà bien connue des amateurs d’art en Ariège pour ses précédentes installations,  nous proposera cette fois-ci de rencontrer le « Petit peuple », glané sur les rives de la Méditerranée et auquel elle redonne vie dans un « land art poétique ». (Jardin d’été)


Clara SCHERRER, qui s’est d’abord illustrée comme chanteuse, cite volontiers comme influences décisives Robert Raushenberg, Jean Michel Basquiat ou Louise Bourgeois. Souvent, ses installations et ses vidéos transfigurent dans une esthétique très soignée une réalité sans concession, comme dans « L’Effraction », vidéo qui sera présentée accompagnée d’une installation et témoigne des violences faites aux femmes. (Remparts Sud).



Avec les sculptures de Pierre MARCHAND, présentes dans de nombreuses collections publiques et privées, « la nature n’est pas représentée, elle est interrogée. A une époque où, de mille façons, l’homme ne cesse de rompre son pacte immémorial avec la nature, il nous restitue, avec la force de l’évidence, l’émotion primitive du contact perdu ». (Le 3e Cercle)





Antonio RODIGUEZ-YUSTE et Stéphane CARBONNE ont réalisé en 2011 une œuvre pour illustrer la pensée du philosophe Pierre Bayle et les peintures de Goya, deux très belles illustrations de ce que peut être une pensée à contre-sens. Cette création « in situ », maintenue en place en 2012, va à l’encontre des habitudes de conservation muséale qui entourent les réalisations artistiques puisque le visiteur pourra y percevoir la trace du temps, pour un memento mori original.


Expositions ouvertes tous les jours sauf le lundi, de 15h00 à 20h00, du 7 juillet au 2 septembre 2012.

Retrouvez-nous sur Facebook :
ou sur notre blog :