vendredi 26 août 2016

Article La Dépêche, cahier Grand-Sud (suite)

Suite à l'article parue hier dans la Dépêche, Nicolas Mahey, journaliste, est allez à St-Martin-d'Oydes à une vingtaine de kilomètres du Carla-Bayle. Marinette Sebbah (ancienne stagiaire de Rue des Arts), l'actuelle guide-conférencière du village lui a fait découvrir l'un des sept villages circulaires de France.

Notez aussi le point sur les visites guidées du Carla-Bayle organisées par la Maison Pierre Bayle, et la date à retenir du dernier dimanche surprise organisé par l'association Libre comme l'Art.


http://www.ladepeche.fr/article/2016/08/26/2406895-saint-martin-d-oydes-seul-village-circulaire-d-ariege.html

Afficher l'image d'origine





 

Saint-Martin-d'Oydes, seul village circulaire d'Ariège

Villes et villages

Toutes les maisons composant le cœur de Saint-Martin-D'Oydes sont mitoyennes. Le premier porche n'y fut percé qu'au XIXe siècle ./Photo DR.
Toutes les maisons composant le cœur de Saint-Martin-D'Oydes sont mitoyennes. Le premier porche n'y fut percé qu'au XIXe siècle ./Photo DR.

Il n'en existe que sept en France. La plupart dans le Gers, et chez nos voisins de l'Aude, où on les appelle «circulades». En Ariège, si Saint-Félix-de-Rieutord conserve encore des traces anciennes d'une architecture semblable, Saint-Martin-d'Oydes est la seule commune du département où cette forme médiévale dite «en ellipse» ou «circulaire» est entièrement intacte.
Marinette Sebbah, qui termine son cursus de guide-conférencière à Foix, l'a fait visiter tout l'été et en connaît les moindres secrets. «Le service tourisme de la communauté de communes du pays de Pamiers souhaitait faire connaître ce site, explique-t-elle. D'un point de vue historique, c'est un village passionnant, et son architecture unique vaut à elle seule le détour.»

Tony Blair a séjourné plusieurs fois au château

L'endroit est évoqué dans les textes au XIIe siècle sous le nom de «Saint-Martin-de-Duidas», puis plus tard «Saint-Martin-de-Devotas». Une étymologie dont l'origine reste encore aujourd'hui non élucidée. Bâti en rond autour de son église, dans un but clairement défensif, le village médiéval est alors entouré d'un fossé en eau. Un rempart, dont il ne reste pas de traces, reliait probablement le village au château : «Cette bâtisse et son parc appartiennent aujourd'hui à un lord anglais et a été transformé en gîte de luxe, raconte Marinette Sebbah. Pour l'anecdote, Tony Blair y a séjourné plusieurs fois !» Pour prendre la mesure de l'ensemble, un sentier pédestre balisé offre une vue imprenable sur le village fortifié, son château et son église, mais également sur la chaîne des Pyrénées au sud.
Au centre de la place du village, l'église. Dernier refuge contre des assaillants décidés, elle permettait aux habitants de s'y abriter, et même de grimper jusque dans le clocher. Une fois l'échelle enlevée, la place était imprenable ! De l'édifice original, conçu dans le plus pur style roman, c'est d'ailleurs la seule partie qui soit restée intouchée». L'église est agrandie et restaurée par l'architecte Ferdinand de Coma en 1880. L'intérieur, blanc et frais, contraste avec les ocres des façades et des toits. Les murs sont ornés de fresques et de peintures, réalisées par l'artiste espagnol Diez Isaak de Ibarrondo.
C'est au XIXe siècle que Saint-Martin-D'Oydes commence à connaître des transformations. Le fossé, comblé, devient un chemin de ronde. «Imaginez que jusqu'au percement du premier porche en 1856, le village était entièrement fermé, pointe Geneviève Leleu, maire de la commune. Autrefois, les habitants pouvaient entrer et sortir en passant par chez eux, mais une et une seule maison - on ignore laquelle - avait une servitude de passage pour transporter les morts au cimetière, à l'extérieur du village !» Un second porche est créé en 1862, et le village profite de sa position au carrefour de trois vallées pour rassembler d'importantes foires aux bestiaux. La localité, et les fermes qui en dépendent abritent alors plus d'un millier d'âmes.

«Notre seul argument, c'est le tourisme»

Aujourd'hui, Saint-Martin-d'Oydes compte 230 habitants. Pour le maire, Geneviève Leleu, les visites guidées sont une chance à saisir : «J'aimerais qu'elles se pérennisent, plaide-t-elle. Il y a certes le plaisir et la fierté de faire découvrir notre commune, mais aussi l'espoir qu'elle contribue à la redynamiser économiquement. Nous n'avons plus aucun commerce. Le seul argument que nous ayons, c'est le tourisme».
Si les visites guidées sont actuellement terminées, il est toujours possible de venir découvrir Saint-Martin-d'Oydes en autonomie. Les clés de l'église sont même disponibles sur demande, pendant les horaires d'ouverture de la mairie.
La mairie est ouverte le mercredi, jeudi et samedi de 14 heures à 17 heures et le vendredi matin de 9 heures à midi.

Au Carla-Bayle

Visites guidées > Maison Pierre-Bayle. Connu pour son festival d'art contemporain et ses très nombreuses galeries privées, le Carla-Bayle ravira également les passionnées d'histoire et de patrimoine ancien. La maison Pierre-Bayle propose encore jusqu'au 15 septembre des visites guidées. Tarif de 2 € par personne (gratuit pour les moins de 12 ans). Du mardi au dimanche, à 16 heures. La sortie du mardi inclut une séance de dégustation de produits locaux. 05 61 68 53 53.

Dimanche surprise >Apéro-concert. La dernière des «dimanches surprises» aura lieu… dimanche ! Au programme, le clown Ben Zuddhiste et le duo harpe et contrebasse «Kéryda». À 19 heures, place de l'Europe.

Le chiffre : 50

personnes> En visite. C'est le nombre de curieux ayant pris part aux visites de la guide-conférencière Marinette Sebbah au cours de l'été. Avec 15 visites dans le cadre des sorties proposées par la communauté de commune du pays de Pamiers, Saint-Martin-d'Oydes se distingue comme la plus plébiscitée par les estivants de ce secteur de la Basse-Ariège.

Saint-Martin-d'Oydes en fête!

Aujourd'hui, à 21 heures, concours amical de belote en quatre parties ; randonnée nocturne. tarif, 2 €, prévoir une lampe. Demain, à partir de 19 heures, apéritif-concert ; à 21 heures, «mounjetado» (adultes, 15 €, enfants de 6 à 12 ans, 8 €) ; 22 h 30, grand bal animé par l'orchestre Acropole. Dimanche, à 11 h 30 messe suivi d'un dépôt de gerbe au monument aux morts, apéritif-concert ; 15 heures, jeux enfants et adultes ; 21 heures, repas «pasta party» (adultes 12 €, enfants de 6 à 12 ans, 6 €) ; 22 h 30, grand animé par l'orchestre Les Toulousains. Renseignements 06 42 41 40 45 ou06 1957 69 93.
Nicolas Mahey