lundi 21 août 2017

Article La Dépêche du 20.08.2017



Anaïs Lelièvre expose au lac jusqu'au 3 septembre

Les lettres flottent au grès du vent. / Photo DDM.
Les lettres flottent au grès du vent. / Photo Anaïs Lelièvre.
Vous avez encore quelques jours pour venir découvrir l'exposition d'Anaïs Lelièvre, intitulée «SPLOC» qui a fait fureur cet été pour son originalité, dans le cadre du 23e festival Rue des Arts. Anaïs est une artiste plasticienne accomplie : elle s'est notamment formée aux Beaux-Arts de Rueil-Malmaison et de Rouen, puis elle enseigne en tant que maitre de conférence à l'université Aix-Marseille. «SPLOC» est une expo qui interpelle. Sur le lac, un millier de lettres en liège flotte, se déplaçant au gré du vent. Ces lettres ont été fabriquées avec du liège brun naturel (sans colle ajoutée). Cette exposition répond à la thématique «La nature et l'ouvrage». La nature ici est conçue comme un ouvrage. Des lettres, bribes de mots inconnus, émergent et flottent sur le lac. Ils ne paraissent pas comme tels au premier abord, mais plutôt comme des organismes flottant, indéterminés et désorganisés, entre faune ou flore, rouge chair ou rose fleur, têtards ou pétales, éclat de lave ou émergence de corail, ouverts à une multiplicité d'évocations. Ces signes éparpillés ne permettent aucune lisibilité, mais suscitent un processus de langage, par lequel on cherche ses mots. Ce texte en train de se défaire ou de se former, reste incertain, inachevé, et dit dans ce suspens sourd quelque chose d'une expérience de l'indicible. L'écriture, plutôt que définitive, devient ici dynamique, selon les flux de l'eau et de l'imaginaire, ouvrant des possibles sans les énoncer. Aussi, sa présence est-elle elle-même indéfinie, entre sculpture, texte, dessin à l'échelle d'un site, et traversée d'évocations multiples, dont aucune ne saurait lui correspondre exactement.
La Dépêche du Midi