vendredi 13 octobre 2017

Article la Dépêche du 13.10.2017

http://www.ladepeche.fr/article/2017/10/13/2664536-marion-lebbe-l-artiste-sympathique-mais-pas-invisible.html

Marion Lebbe, l'artiste sympathique mais pas invisible

Expos

Du 13/10/2017 au 19/10/2017
Séance de présentation du travail de Marion Lebbe./ Photo DDM.
Séance de présentation du travail de Marion Lebbe./ Photo DDM.
Lorsqu'on entre dans la galerie du Philosophe, on pénètre dans l'univers de Marion Lebbe. Et celle-ci bouscule un peu la perception que l'on se fait en général sur l'art et cela en posant la question : «À partir de quand l'art est un art ?» Ou, par exemple, comment l'écriture peut être un dessin et une œuvre artistique ? Réponse : avec l'encre sympathique, incolore mais qui peut se révéler devant une réaction chimique. La réaction chimique ici, c'est le spectateur. Marion Lebbe, née dans les Hautes-Pyrénées, est tout juste diplômée des Beaux-Arts de Toulouse. Au Carla-Bayle, la Rue des arts, qui se veut être un tremplin pour la jeune génération, invite ainsi des artistes émergents comme Marion pour qui c'était une première : «C'est extraordinaire d'avoir un espace entier pour moi toute seule trois mois juste après mon diplôme.» Car elle a déjà partagé dans des expositions collectives des espaces comme à Nîmes ou à Cerbère dans les rues du village face au vent. Son exposition, par ailleurs très appréciée lors du vernissage, est tout en transparence et en légèreté dans laquelle la lumière naturelle s'immisce. «Je fais de la peinture dans l'espace, sur les murs mêmes de la galerie, sur de la toile semi-transparente.» Et jouant de la couleur, du gribouillis et de l'environnement, provoque alors un doute : «Sur quoi est la peinture ?» Le nom de l'exposition, «Peinture sympathique», est aussi mystérieux que ce qu'elle représente mais qui incite à en savoir plus. Bernard Roy, président de l'association, levait un peu le voile sur ce mystère : «Avec «Peinture sympathique», Marion Lebbe s'attache à exprimer ou plutôt à révéler les apparences multiples d'un objet donné à voir à un spectateur. La peinture sympathique fait référence à cette vieille technique d'encre invisible utilisée par les enfants ou les diplomates et qui n'est pas révélée par celui qui écrit, mais par celui qui la reçoit. Là est bien le sens de cette exposition qui met le spectateur en position de décrypter l'objet à travers le jeu des apparences.» En tout cas, une visite s'impose et sera plus parlante qu'un long discours.
Exposition jusqu'au 19 novembre, tous les jours, de 14 heures à 18 heures. Contact au 05 67 44 18 01.
La Dépêche du Midi