vendredi 23 mars 2018

Nos Bordues - Sophie Bacquié à la Galerie du Philosophe

Nous sommes fiers de vous inviter au vernissage de notre prochaine exposition : Nos Bordures de l'artiste toulousaine Sophie Bacquié !
https://www.facebook.com/events/2030023263954159/

Vernissage à 11h30 le samedi 14 avril à la Galerie du Philosophe !

mardi 20 mars 2018

La Dépêche du 17.03.2018



,

Le village classé commune touristique

Villes et villages

Le village de vacances au bord du lac participe au développement touristique./ Photo DDM, M. B.
Le village de vacances au bord du lac participe au développement touristique./ Photo DDM, M. B.

Le point de vue, le lac et sa base de loisirs équipée, le village lui-même et son charme indéniable, ses animations culturelles et festives, son accueil et ses hébergements font du Carla-Bayle l'une des premières destinations touristiques en Ariège. C'est donc logiquement que la commune est dorénavant classée par décret préfectoral du 9 février commune touristique et ce pour une durée de cinq ans renouvelable. «Nous avions déjà déposé un dossier l'an dernier mais celui-ci a été retoqué à cause d'un problème de localisation de l'office de tourisme ; cette année, c'est bon», indique Jean-Luc Couret, maire du village. Bien sûr, les 688 lits touristiques disponibles sur la commune ont fait pencher la balance. Le village de vacances, les logements meublés à la location saisonnière, les chambres d'hôtes représentent une possibilité d'accueil à hauteur de 86 % par rapport à la population, un critère déterminant. «Cela ne coûte rien à la commune, bien au contraire, ça a des incidences sur les dotations.» Et d'autres avantages notamment sur la délivrance de licences pour les débits de boissons. Le Carla-Bayle doit ainsi s'attendre à presque doubler sa population l'été. Car c'est bien évidemment à la belle saison que tout se joue. Les associations qui organisent les animations phare de l'été, en particulier les fameux Jeudis du Carla et le festival d'art contemporain de la Rue des Arts sont d'ailleurs sur le pied de guerre pour la saison à venir.
Un autre élément vient se greffer à la première dénomination, l'inscription sur la liste des sites d'intérêt départemental du centre d'interprétation de la maison Pierre Bayle par le conseil départemental. «Là aussi, c'est que bénéfice pour la commune. Grâce à ce dispositif, les établissements scolaires pourront bénéficier d'une participation du département aux frais de transport à hauteur de 40 %, sachant que le transport est la charge la plus lourde», explique Jean-Luc Couret. Le conseil départemental précise qu'il n'a pas été envisagé d'inscrire sur la liste la totalité de la commune mais que la fréquentation du musée n'exclut pas d'élargir la visite aux autres attractions du village. En tout cas, Le Carla-Bayle confirme son attrait touristique et culturel.
La Dépêche du Midi

mercredi 14 mars 2018

article la Dépèche du 14.03.2018



,

L'exposition «100 cm2» à hauteur d'enfant

Expos

Sonia Cotte s'est bien investie dans l'épreuve des cent centimètres carrés scolaire./ Photos DDM.
Sonia Cotte s'est bien investie dans l'épreuve des cent centimètres carrés scolaire./ Photos DDM.
Que serait l'art sans le regard des enfants ? C'est bien cette question que s'est posée la Rue des arts. Et l'association ne s'est pas seulement contentée de poser la question, elle s'est impliquée dans l'éducation artistique des enfants en leur donnant l'occasion de montrer tout ce qu'ils ont de formidable dans la tête. Ainsi, le résultat de plusieurs mois de travail en classe est accroché à hauteur d'adulte dans la galerie du Philosophe : des centaines de petits carrés expressifs et colorés suivant des techniques différentes, novatrices, pleines de surprises ou de clins d'œil.
Par l'intermédiaire des écoles et des Alaé, la Rue des arts a fait jouer les enfants avec les grands au jeu des cent centimètres carrés avec les mêmes règles que leurs aînés : réaliser une œuvre sur un support carré de 10 cm de côté. Et la contrainte du format n'a freiné en rien leur imagination. Une imagination débordante, non pas sur les côtés, c'est interdit, mais sur le relief, une façon de contourner l'interdit en grignotant l'espace et ainsi produire des œuvres en 3 D. D'ailleurs, les élèves de l'école du Fossat se sont bien emparés de cette troisième dimension en fabriquant des nichoirs en carton, coloriés et habillés. Mais la classe a bénéficié — comme d'autres écoles aussi — de la visite de Sonia Cotte, employée en service civique à Rue des arts, qui a pris en main cette initiative et qui s'est installée à la table des tout-petits pour les aider dans cette activité. C'est aussi elle qui accueillait le public, enfants, parents, le jour du vernissage de l'exposition : «Merci beaucoup d'être venu à l'inauguration des «Cent centimètres carrés» scolaires qui fait suite aux «Cent centimètres carrés» version adultes et qui prolonge assez sympathiquement le premier volet. Il y a donc beaucoup d'écoles de la communauté de communes qui ont participé, c'était très plaisant, et je salue ici les enseignants qui ont joué le jeu, qui ont cherché avec les enfants des idées.» Et comme dans tout vernissage digne de ce nom, on a partagé du jus d'orange et des bonbons multicolores tout en discutant autour de l'art, entre jeunes artistes bien sûr, mais aussi entre parents dont certains découvraient le lieu.
L'exposition est visible tous les jours, de 14 heures à 18 heures, jusqu'au 25 mars, à la galerie du Philosophe. Les écoles participantes : Sainte-Suzanne, Le Fossat, Saint-Martin-d'Oydes, Saint-Ybars, Villeneuve-du-Latou, l'école de Canonges de Pamiers, le CADA, l'Alaé et l'école du Carla-Bayle.
La Dépêche du Midi